Musique classique

La guitare au sommet

d'Lëtzebuerger Land du 14.10.2022

Pour la clôture du premier Festival de guitare classique, le Conservatoire de la Ville de Luxembourg accueille sur scène le grand interprète Zoran Dukić et les finalistes du Concours international de guitare

Le pari est réussi pour les fondateurs du Festival de guitare classique au Luxembourg : partis pour sortir l’apprentissage de la guitare des torpeurs de l’étude solitaire dans lesquelles, bien trop souvent, il s’enlise, cette première édition du festival a remporté un franc succès. Environ 500 personnes s’étaient déplacées en mai dernier pour le premier volet « printemps » du nouveau festival. D’après les organisateurs, les réactions ont été positives tant de la part des élèves que de leurs parents. Et pour cause : le Luxembourg dispose désormais d’une plateforme d’échange autour de la guitare classique ainsi que, pour les plus doués, d’un potentiel tremplin vers les scènes du monde entier.

Pour son volet « automne » qui aura lieu les 22 au 23 octobre prochains, le Festival renchérit avec un récital du grand guitariste croate Zoran Dukić (né en 1969). Il est le lauréat d’un nombre impressionnant de concours internationaux, dont les deux concours « Andrés Segovia » (celui de Grenade et celui de Palma de Majorque) qu’il est le seul guitariste à avoir remporté tous les deux. Enseignant la guitare au Conservatoire royal de La Haye depuis 1997, Zoran Dukić a enregistré pour un grand nombre de labels en Europe, au Brésil et au Canada. Il s’est également produit en duo avec le guitariste italien Aniello Desiderio.

Du côté des organisateurs, on évoque « l’un des guitaristes les plus renommés de notre temps », doté d’une « technique éblouissante », d’une « expressivité » et d’une « poésie » uniques. Pour son concert à Luxembourg, Zoran Dukić a choisi un programme des plus actuels, avec des morceaux aux accents populaires, alliant espoir et mélancolie. À côté du Tombeau sur sa Mort de Mr Comte de Logy de Sylvius Leopold Weiss, Zoran Dukić interprétera notamment des œuvres d’Astor Piazzola, compositeur qu’il affectionne particulièrement, la Serenata española de Joaquin Malats (1872-1912) ainsi que les Chansons populaires catalanes de Miguel Llobet (1978-1938) et les Six Balkan Miniatures du compositeur américain d’origine serbe Dušan Bogdanović (né en 1955).

Le festival se clôturera par le concert des finalistes du concours international de guitare classique. Au total, les organisateurs ont reçu 38 candidatures « des quatre coins du monde ». Parmi les finalistes, de jeunes guitaristes aux carrières déjà bien lancées, comme Luis Alejandro García Pérez (Espagne), Francisco Luis (Portugal), Nikica Polegubic (Croatie/ Autriche), Marko Topchii (Ukraine) et Io Yamada (Japon/Allemagne). Au programme : des œuvres de Bach, Tansman, Castelnuovo-Tedesco, Brouwer, Sor, Martin, Ravel, Rodrigo, Dowland ou encore Britten.

Comme lors du volet « printemps », le Festival de guitare offre également des masterclass destinées aux étudiants de niveau avancé des Conservatoires et écoles de musique du Luxembourg et ouvertes aux auditeurs. Une première masterclass sera animée par Zoran Dukić, une autre par le couple de mandolinistes Caterina Lichtenberg et Mike Marshall.

Caterina Lichtenberg est présentée comme l’une des mandolinistes les plus importantes de notre temps. Comme le révèle le site du festival, elle a enregistré plus de dix albums et a été en tournée aux États-Unis, en Europe et en Asie avec le guitariste Mirko Schader, la claveciniste Brigitte Engelhard, le Quartetto MaGiCo, Le Son d’Argent, le LA Guitar Quartet et Mike Marshall. En tant que soliste, elle s’est produite avec de nombreux orchestres symphoniques, de chambre et de radio. Seule professeur de mandoline classique en poste au conservatoire de musique de Cologne, l’Allemande est en couple avec Mike Marshall depuis 2007. « Au sommet de la scène de la musique à cordes américaine depuis plus de 35 ans », l’Américain a sorti plus de trente albums « couvrant un large éventail musical allant du bluegrass contemporain au choro brésilien, en passant par le swing, la musique classique et la musique contemporaine ». Il a notamment tourné et enregistré avec des musiciens de renoms tels que David Grisman, Stéphane Grappelli ou encore Joshua Bell. Il dirige le Symposium de mandoline à l’université de Californie à Santa Cruz.

Frédéric Braun
© 2022 d’Lëtzebuerger Land