Découverte avec la préfiguration d’un RomaMoMA à Kassel, Malgorzata Mirga-Tas, à Venise, a fait du pavillon polonais un palazzo de rêve

L’enchantement rom

d'Lëtzebuerger Land vom 14.10.2022

Des scrupules qu’il faut vaincre avant de le dire à voix haute, de l’écrire plus encore : la biennale de Venise a beau ne pas manquer d’attrait, auberge espagnole ou jeux olympiques de l’art contemporain, il y a la Sérénissime elle-même, et puis avec les expositions parallèles, on est plus que gâtés, rassasiés. La faim est assouvie, les sens comblés, pensez, avec deux ou trois expositions par jour, avant d’aller dans les Giardini et l’Arsenale : Joseph Beuys et Arnulf Rainer, en passant par les Incurabili et la plaque commémorative de Brodsky (on lui doit ce qu’il y a à lire de meilleur avec Sinopoli sur Venise), Anselm Kiefer et Marlene Dumas, Anish Kapoor et Bruce Nauman. Comment dès lors rivaliser ?

Heureusement, il est un souvenir dans un coin de la tête, d’une rencontre inattendue, à Documenta fifteen, dans la préfiguration d’un musée international d’art rom, dans le cadre de l’Off-biennale Budapest. La découverte d’une artiste polonaise, de superbes tableaux textiles, des scènes fourmillant de vie, des couleurs chatoyantes, et en plus le côté charmeur de la matière. Et l’assurance de retrouver Malgorzata Mirga-Tas, plus nombreuse encore, plus somptueuse, à Venise, elle est d’ailleurs la seule à participer aux deux manifestations, que l’on sait si dissemblables, si opposées.

Le pavillon polonais porte comme titre : Re-enchanting the world, et avec Malgorzata Mirga-Tas, il tient la promesse, se mue en véritable palazzo de rêve. Qui pour commencer nous fait remonter à la Renaissance, ayant pris modèle sur le palazzo Schifanoia, de Borso d’Este, duc de Ferrare (et son nom ne signifiait rien d’autre que d’échapper à l’ennui, ce fut vrai hier, ça l’est aujourd’hui). Voici pour la disposition, des fresques, dans trois bandes horizontales qui courent autour, avec des scènes de la vie aux champs et à la ville, les signes du zodiaque, les dieux de l’Olympe. Avec bien sûr un duc omniprésent, qu’il chasse par exemple ou rende la justice. La source de cette riche iconographie a été décelée et largement étudiée par Aby Warburg.

Nous en sommes loin aujourd’hui, bien entendu. Et si Malgorzata Mirga-Tas a gardé la répartition, les douze parties suivant les mois de l’année, les trois bandes, ses sujets sont tout différents, même si les signes du zodiaque sont restés les mêmes. Mais en haut ce qui se déplie ou déploie dans les textiles, c’est l’épopée, le long poème des Roms avec comme point de repère de l’artiste polonaise les gravures de Jacques Callot qui datent du dix-septième siècle. Une chose, hélas, n’a guère changé, comme le dit Malgorzata Mirga-Tas : « Callot’s prints are very beautiful and very anti-Roma… their depictions of the Roma have influenced how we have been perceived for centuries. »

Sur la bande inférieure, en contraste, les gestes quotidiens de la communauté rom, la vie de tous les jours, et d’un coup le matériau des tableaux coïncide merveilleusement avec ce que portent les femmes, nettement majoritaires dans les représentations, les mêmes étoffes, les mêmes tissus. « The materials, clothing, and curtains from which I sew portraits are meant to give them additional energy and power. I have been collecting things given to me by women in my family, from Roma neighbourhoods and friends… »

Avec la bande supérieure, l’artiste réapproprie pour les Roms leur histoire, façon également d’éloigner les peines et les souffrances ; en bas, elle chante, célèbre leur existence, revendique en cela son féminisme : « My feminism does not shout, but il tells stories ». Il est cet aspect engagé de l’art de Malgorzata Mirga-Tas, sa lutte pour la dignité du groupe ; il est d’autant plus efficace que son art a ce côté très concret qui en plus s’avère vivement lumineux. Le réalisme des textiles impressionne, jusque dans les moindres traits des personnages, les rides d’un visage par exemple, il irradie de
poésie..

Lucien Kayser
© 2022 d’Lëtzebuerger Land