Après plusieurs plasticiens, c’est au tour du pianiste Francesco Tristano de jouer au jeu (assez sérieux) des confidences

33 confessions d’artiste : Francesco Tristano

d'Lëtzebuerger Land du 05.02.2021

Ce que je prends au petit-déjeuner

Un expresso

Ma première œuvre d’art

Une pièce pour piano intitulée « Chicho va au marché » (1986 ou 1987).

La raison pour laquelle je fais de l’art

L’envie

Ce que je fais mis à part de l’art

La cuisine

Les rapports entre mon art et ma vie

Complémentaires

Ce que j’aime le plus dans le processus créatif

Les idées

Ce que j’aime le moins dans le monde
de l’art

La superficialité

Est-ce que l’art a des limites ?

Non

Mon occupation préférée 

Lire

Mon drink préféré

L’eau

Ce que je fais quand je ne suis pas inspiré

Je me mets au travail

Ma drogue préférée

Le café

Mon mot préféré

Bizarroïde

Le mot que je déteste

Halte

Ma langue préférée

L’italien

Mon rapport au temps

Intermittent

Le rôle du corps dans mon travail

Intégré

Le rôle de la politique dans mon travail

Omniprésent

Le rôle de la couleur dans mon travail

Texturisé

Le rôle de la nature dans mon travail

Imaginé

Le rôle du monde des idées dans mon
travail

Omniprésent

Le rôle des modes du monde de l’art dans mon travail

Inexistant

La matière avec laquelle je n’ai jamais osé faire d’œuvre

La gamme chromatique

Mon artiste favori

Walter Gropius

Mon son préféré

L’eau

Le son que je déteste

L’interférence

Ma proposition artistique dans la perspective de l’histoire de l’art

Sans importance

Les fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence

Les fautes techniques

La manière de faire ou la chose faite ?

La manière de faire

Ce qui pour moi est inacceptable

L’arrêt

L’animal ou la plante dans lequel je voudrais être réincarné

Le chat

Le lieu où je ferais une œuvre si j’avais une baguette magique

La mer

Mon état d’esprit actuel

Dispersé.

Sofia Eliza Bouratsis
© 2021 d’Lëtzebuerger Land