RTL Télé Lëtzebuerg

Elle a tout d'une grande

d'Lëtzebuerger Land vom 19.09.2002

La chair fait vendre. Chez Alain Berwick, le concours s'appelle Model made in Luxembourg et depuis lundi, les plages du magazine précédant le journal télévisé et surtout de la nouvelle émission people RTL Boulevard (tous les jours à 18h30) regorgent de reportages sur ces modèles en herbe qui n'hésitent pas à montrer beaucoup de peau. «Je suis très satisfait de ce qu'il y a,» dit le photographe Yves Korthum, comme s'il s'agissait de marchandise. Et, oh quel hasard, comme pour Spidergirl, le concours organisé en parallèle par Mike Koedinger, les téléspectateurs ou internautes du site rtl.lu ont la possibilité de voter électroniquement pour la future miss de leur choix. Ici, l'organisateur promet un début de carrière de mannequin aux gagnantes, pour RTL, la manifestation est tout bénéfice, comme non seulement elle est attractive pour aguicher le public mais permet en plus de montrer toute la force de frappe du groupe en matière de cross-promotion.

Car ce sont bien les synergies dans le groupe qui rendent la marque RTL si incontournable. «Aujourd'hui, nous sommes une équipe qui s'engage ensemble pour une marque,» affirmait le directeur des programmes luxembourgeois, Alain Berwick, la semaine dernière lors de la présentation de la grille de rentrée. Ces synergies entre la radio, la télévision, Internet et télétexte seront encore consolidées, le recours aux nouvelles technologies pour jouer la carte de l'interactivité en faisant intervenir les auditeurs ou téléspectateurs dans les émissions de radio ou de télévision - notamment par l'envoi de SMS (payants) ou d'e-mails - doit signifier la proximité de la chaîne. 

«Mais nous ne sommes pas un opérateur de téléphone! rappelle Alain Berwick. Nous, notre métier, c'est avant tout de faire de la télévision et de la radio.» Et fait par là même implicitement référence bien sûr à TangoTV, la grande concurrente sur la cible des jeunes adultes, lancée l'année dernière par le groupe Tele2AB. Selon Alain Berwick, la version du Kirchberg, Planet RTL, serait de loin leader avec 29 pour cent de parts de marché entre 18 et 19 heures (étude Ilres), contre un pour cent sur 24 heures pour le programme produit à Bertrange. Des chiffres que Jean-Claude Bintz, vice-président de Tele2, nuance: selon leur enquête Sofres, réalisée ce printemps, TangoTV arrive à 14 pour cent sur la cible.

Néanmoins, la seule vraie création d'émission nouvelle chez RTL Tele vise toujours cette cible jeune, il ne s'agit que d'un petit bloc d'une dizaine de minutes, RTL Boulevard est présenté par une jeune femme blonde au visage angélique, Thorunn (Egilsdottir), qui annonce de petits sujets de ragots achetés à la chaîne - quasiment les mêmes sujets sur l'anorexie de stars féminines et l'alcoolisme de leurs collègues masculins passent désormais sur toutes les chaînes privées. Toutefois, RTL Boulevard veut aussi nous parler des ragots made in Luxembourg - ce serait une brèche dans la confidentialité du petit pays où tout le monde se connaît, pas évident à réaliser. Les premiers jours étaient surtout constitués de sujets promotionnels, par exemple sur les mannequins ou la peintre Michèle Schumacher. 

Et déjà, Alain Berwick affirme que l'équipe est en train de réfléchir à une émission de RealTV, mais qu'il était trop tôt pour en dire plus. 

 

Dans la série «elle a tout d'une grande» (privée), RTL nous avait gratifiés l'année dernière du concours Talents. Le premier single du groupe ODC qui en est issu (il ne reste plus que quatre membres du groupe) est sorti hier avec tout le pouvoir promotionnel RTL : cross-promotion, site Internet avec vente de gadgets online, production d'un clip etc. La chanson écrite par Jang Linster et Ab van Goor intitulée Lift me up est une sorte de pot-pourri génétiquement modifié de tous les hits commerciaux des dernières années. Mais ce qui est sûr, c'est que cela marchera.

Car la grande force de RTL, qui fait que ses produits devancent tous les autres médias électroniques luxembourgeois créés ces dix dernières années, ce sont son savoir-faire et sa technique. Depuis huit ans, Alain Berwick a dynamisé les programmes radio et télévision de RTL, il y a mis du rythme - au point que parfois, on se perd entre les jingles, les pubs et les rubriques extrêmement brèves. Et la concurrence tente de copier. Les moyens financiers de RTL toutefois n'ont guère augmenté, le budget du programme de télévision se situe aux alentours de onze millions d'euros, dont la moitié provient indirectement des caisses de l'État, en contrepartie du service public, l'autre moitié provenant de la publicité. 

Or, durant les six premiers mois de cette année, comme presque tous les organes de presse luxembourgeois, RTL Tele Lëtzebuerg a enregistré un recul sensible de ses revenus publicitaires, moins huit pour cent. Sceptique quant à une éventuelle reprise, Alain Berwick confirme que les améliorations et renouvellements du programme devront être faits dans le cadre de la même enveloppe budgétaire. Au plus tard depuis le colloque La médiamorphose en mars à Mondorf, on sait que l'opérateur privé est demandeur pour élargir l'offre de programmes tombant sous les critères du service public  et donc financés par l'État - informations, culture, sport... Là encore, confirmation à la conférence de presse, sans plus de détails. 

«Ces derniers années, beaucoup d'éléments constituant une information complète avaient été délocalisés,» estime pour sa part le rédacteur en chef du JT, Tom Graas. Ces éléments, notamment le sport et la culture, doivent revenir dans la demi-heure entre 19h30 et 20 heures. Sinon, seul le décor a changé, et le Top Thema ne sera plus forcément consacré à une interview d'un invité mais peut tout aussi bien être un reportage plus approfondi sur le sujet du jour. Côté news, Monique Kater aura une émission propre, tous les quinze jours, Impuls flashback, le dimanche soir, fera passer en revue l'actualité de la quinzaine écoulée, en compagnie d'un invité. 

La radio, quant à elle, n'annonce pas de changements majeurs, juste des adaptations ponctuelles. Comme le streaming des journaux radios du matin (7h-8h30) et de midi (12-13 heures) par webcam sur la fréquence de la télé, la radio en images en quelque sorte, newsticker et deuxième écran avec les images des caméras Cita de l'autoroute en sus. 

 

 

 

 

josée hansen
© 2020 d’Lëtzebuerger Land