Sécurisation des réseaux

Terreau fertile

d'Lëtzebuerger Land vom 07.12.2000

Hasard du calendrier ? En deux jours, deux sociétés luxembourgeoises ont présenté des offres de services de certification  de signatures électroniques. Eusign et EuroSigncard présentent deux profils assez proches : proximité de nom et d'approches du marché business-to-business (B2B) d'abord, même appréciation du potentiel de développement du Grand-Duché dans le commerce électronique ensuite et enfin adossement à des partenaires américains aux technologies éprouvées.  

Créée en juillet 1999 par une poignée d'amis et d'investisseurs institutionnels, EuroSignCard (ESC) intervient dans un domaine de prédilection, le développement d'un standard commun pour la certification de la signature électronique en Europe, notamment dans le domaine des transactions bancaires en ligne. ESC a obtenu de ses actionnaires en juillet dernier une injection en capital de 1,5 million d'euros. Des contacts avec des fonds de capital risque ont été noués pour une nouvelle mise de fonds qui devrait porter son capital social à 2,5 millions d'euros.  

« Le Luxembourg, avec sa concentration bancaire exceptionnelle et sa nouvelle législation sur le commerce électronique, a de bonnes chances de devenir un des centres européens de sécurisation des réseaux » explique David Sweigert, directeur général de EuroSignCard. Cet Américain se présente lui-même comme un des meilleurs spécialistes de la certification dans le monde.  

Début novembre un partenariat stratégique a été annoncé avec la société américaine Digital Signature Trust [&] Co (DST), première autorité de certification accréditée aux Etats-Unis et qui travaille notamment avec l'American bankers association pour la reconnaissance des certificats digitaux des opérations bancaires. Cet accord prévoit dans un premier temps l'acceptation internationale de certificats numériques émis aux Etats-Unis et dans l'Union européenne. « Il s'agit d'une solution clé en main, nous n'allons pas réinventer le monde, alors autant reprendre une technologie qui a fait ses preuves depuis cinq ans aux Etats-Unis » indique M. Sweigert.         « DST, poursuit-il, a crée un environnement de très haute sécurité en utilisant des certificats permettant une parfaite identification du signataire d'une opération bancaire en ligne ». Une initiative qui établira, selon lui, « un réseau de confiance international pour la reconnaissance mutuelle des certificats numériques ».  ESC a d'ores et déjà lancé un travail de lobbying auprès des institutions européennes pour imposer, sur le Vieux Continent, le standard élaboré par DST et lui donner ainsi le label « EUST ». Des contacts ont également été pris avec un groupe de banques luxembourgeoises.      

Eusign, qui bénéficie du soutien de Xcert, un des « grands » mondiaux de la signature électronique, s'affiche de son côté comme « l'une des premières initiatives en matière d'Internet trust center en Europe » avec l'objectif de devenir au Luxembourg « l'autorité commerciale » de certification électronique pour le B2B. Son responsable Vincenzo Rau, considère lui aussi que Luxembourg est une plate-forme e-business unique pour le marché européen.

 

Jean-Lou Siweck
© 2019 d’Lëtzebuerger Land