Films made in Luxembourg

Destination Luxembourg

d'Lëtzebuerger Land vom 31.07.2020

Présentée à quelques VIP lors du dernier Lux Film Fest, la mini-série d’animation Nächst Statioun, imaginée par le réalisateur et producteur oscarisé Laurent Witz (ZEILT productions), est désormais à découvrir aussi bien à la télé que dans les salles obscures.

Klaus et Mish sont deux aliens bien ronds, pas plus hauts qu’une pomme, mais ressemblant plus à une pomme… de terre. Ils ont été envoyés sur la planète Terre pour préparer l’invasion de la planète par leurs semblables. Klaus est un guerrier redoutable, toujours prêt à se battre contre toute sorte d’ennemi, un aventurier pressé et sans peur. Il pourrait être l’envahisseur idéal s’il n’était pas bête comme ses pieds et s’il ne confondait pas vitesse avec précipitation. Mish, lui, est plus posé, aventurier certes, mais prudent. Il aime savoir où il met les pieds et utilise sa tablette extraterrestre pour obtenir toute sorte d’informations. Bref, l’un c’est les muscles, l’autre le cerveau.

Dans leur descente de l’espace intersidéral, le hasard a voulu que leurs soucoupes atterrissent en pleine Europe continentale, entre les Ardennes et l’Eifel, dans ce que les Terriens ont décidé d’appeler Grand-Duché de Luxembourg. Sacré coup de bol !

À la recherche de l’endroit idéal pour faire débarquer le reste de la flotte, portés par la chance et leur maladresse, Klaus et Mish poseront pied à différents endroits du pays. Un par épisode pour être exact. Ils se poseront ainsi sur des sites naturels, des quartiers historiques, des monuments représentatifs, des ouvrages d’art, de jolis parcs ou encore des lieux de manifestations traditionnelles. Des lieux que Mish, tel Maestro dans Il était une fois… la Vie, se fera un plaisir de présenter, expliquer, analyser.

Ainsi, au fur et à mesure des épisodes, les extraterrestres et les (télé)spectateurs pourront découvrir ou approfondir leurs connaissances du Pont Adolphe, des Casemates du Bock, de la Gëlle Fra, de la Philharmonie, du Palais grand-ducal, du Grund, de l’abbaye de Neumünster, du Mudam, du Musée des Trois Glands, mais aussi en dehors de la capitale, du Musée national des mines de fer de Rumelange, du lac et de la villa romaine d’Echternach, du Huel Lee, du Schéissendëmpel, du Musée Européen de Schengen, des châteaux de Bourscheid et de Vianden, des hauts fourneaux de Belval, du Fond-de-Gras, du Parc Merveilleux ou encore de l’exposition Family of Man installée à Clervaux. Un sacré tour du Luxembourg !

Imaginée par Laurent Witz, réalisée par les luxembourgeois Sarah Sutter et Frédéric Wedeux, la série compte pour l’heure 26 épisodes de cinq minutes. Des mini-récits avec des personnages en animation 3D incrustés dans des décors et prises de vue réels. Certes, le procédé n’est pas nouveau, mais avec cette Nächst Statioun, on frôle la perfection technique. Et puis, au-delà de la prouesse technique, le projet étonne par son propos : cette manière décalée, pleine d’humour, de faire découvrir ou redécouvrir le patrimoine grand-ducal. Car à moins d’être un expert en patrimoine, histoire et tourisme luxembourgeois, tout un chacun devrait trouver en cette série une riche source d’informations et d’anecdotes. Comme quoi on peut être drôle et pertinent à la fois.

Disposant d’un budget de 2,6 millions d’euros, la série, désormais visible les mercredis à 19 heures 45 sur RTL dans la langue de Dicks et quotidiennement au Kinepolis Kirchberg en avant-programme des séances de 14 et 17 heures, avec un nouvel épisode dans la langue de Molière tous les quinze jours, n’est que la première étape d’un projet plus ambitieux. Une application gratuite pour tablettes et smartphones est ainsi prévue pour l’automne. Elle proposera de la réalité augmentée, encore plus d’informations sur les lieux visités par Klaus et Mish, diverses activités ludo-éducatives et même seize destinations supplémentaires.

Si les huit à douze ans sont le cœur de cible de cette Nächst Statioun, la série devrait plaire à toute la famille. Court, rapide, concis, visuellement réussi, éducatif, drôle… les aspects positifs sont nombreux pour qualifier ce projet qui met en avant le patrimoine et donne aux enfants le goût de la découverte et la soif d’apprendre.

Et puis, cette sortie semble tomber à pic alors que de plus en plus de pays semblent fermer leurs portes aux Luxembourgeois pour cause de coronavirus. Elle nous rappelle qu’il y a plein d’endroits magnifiques à découvrir à deux pas de chez nous. On a la liste, on a les images, on n’a plus qu’à partir à la recherche de Klaus et Mish.

Pablo Chimienti
© 2020 d’Lëtzebuerger Land