Amégamenent communal à l'Université

19.07.2004

d'Lëtzebuerger Land du 02.11.2006

Dix-neuf juillet deux mille quatre. Quel effet cette date vous fait-elle? Qu'est-ce qui s'était passé à l'époque…? C'est une date de naissance, celle d'une loi, appelée la «loi du 19 juillet 2004». Une loi qui a quasiment paralysé le secteur de la construction du Grand Duché pendant des mois et des mois. Une période d'incertitude et d'angoisse autant pour les administrations que pour les privés ou les professionnels du secteur de la construction. On dirait le début d'un conte de fée! «Il était une fois un pays paralysé par une loi…» Un jour, ça le sera peut-être, il faut l'espérer. Le conte aura un vilain et un prince charmant et courageux qui mettra un jour à la misère et qui développera la prospérité… Mais en attendant, et depuis, on ne peut que constater que c'est plutôt la désespérance qui règne. Que faut-il faire, comment faut-il faire, comment ne pas faire, pourquoi faire… ? De nombreux individus se sont tracassés à for­muler des réponses à ces questions nouvelles pour tous. Puisque personne ne pouvait vraiment venir à l'aide, la détresse a donné jour à une espèce de thérapie de groupe, par sa structure comparable à ce qu'on appelle Selbsthilfegruppe. Ce qui paraît logique et constructif en effet c'est bon signe. La première étape de cette thérapie vient de se terminer. On passe donc à la deuxième étape : une formation continue en aménagement communal et développement urbain ayant comme but de « familiariser les participants avec les exigences de la nouvelles loi » (alias la nouvelle, merveilleuse, ingénieuse et avant tout obsolète loi du 19 juillet 2004) « pour permettre la réalisation des études préparatoires, des Plans d'aménagement général (PAG) et des Plans directeurs (PD) ». Le public cible : « architectes, urbanistes, géographes, etc. de la Grande Région disposant d'un diplôme universitaire et exerçant leur pratique dans le domaine de l'aménagement régional et local » ainsi qu'« ingénieurs-techniciens disposant d'expériences dans le domaine de l'aménagement communal ». Décidément on a loupé l'opportunité de cibler le public ! Après tout, ceux qui ne sont pas ciblés mais qui feraient bien de s'inscrire ce sont les maires, et encore plus, les députés-maires qui ont voté cette loi le 19 juillet 2004. Cette formation serait enfin (!) une bonne occasion de se familiariser avec la Loi du 19 juillet 2004. Mais, il n'est jamais trop tard. Les renseignements concernant les professeurs, chargés de cours et autres se limitent à deux noms, sans explication aucune quant à la connaissance de ces individus en la matière, ainsi qu'à la phrase « enseignants : professionnels expérimentés dans le domaine » Comment choisir de s'inscrire à une formation sans connaître l'identité, ni la compétence de ceux qui donneront cours ? Le lieu de culte : le campus Limpertsberg de l'Université du Luxembourg. Diplôme : pas de diplôme ; les renseignements sur le certificat reçu restent muets quant à la valeur de celui-ci. Faut-il plutôt considérer ce certificat comme un souvenir de participation ? Pourquoi pas ? C'est peut-être un peu comme le marathon : « l'essentiel, c'est de participer ». Tout compte fait, puisque par définition au Grand-Duché aucun professionnel n'est encore « expérimenté dans le domaine », dû au simple fait qu'en deux ans à tout casser il est impossible de devenir un « professionnel expérimenté dans le domaine », cette formation devrait connaître un succès fou dans la Grande Région puisqu'il est dans l'intérêt de tout professionnel du secteur de la construction de se familiariser avec ladite loi. Alors il faut se dépêcher ! Les places sont certainement limitées, et sans aucun doute les bureaux qui travaillent sur les projets de PAG actuellement se sont inscrits les premiers. Et puis, mis à part tout cela, pourquoi ne pas revivre la sensation estudiantine les mercredis et vendredis après-midi du 8 novembre au 11 juillet, et ce, pour rien que 200 euros ?

 

Shaaf Milani-Nia
© 2020 d’Lëtzebuerger Land