Ex æquo ! série de dix épisodes sur la discrimination dans le sport, coproduite par a_BAHN, est diffusée pendant la durée des JO de Tokyo sur RTL

Dix champions contre les discriminations

d'Lëtzebuerger Land du 30.07.2021

« Placages, dribbles et uppercuts », telle est la proposition de Ex æquo !. La mini-série est aussi surprenante par son propos que par son aspect artistique ou encore sa diffusion. Car, si elle s’intéresse au sport, la série ne parle pas de records, de compétitions ou de trophées… ou seulement de manière anecdotique. Son sujet est celui de l’intolérance du milieu sportif : racisme, sexisme, homophobie, validisme… « Ce qui correspond exactement à notre ligne éditoriale chez a_BAHN », note le coproducteur luxembourgeois, François Le Gall.

Dix réalisateurs sont partis chacunà la rencontre d’un sportif de haut niveau qui s’est levé, à sa manière, contre des discriminations. Ils ont représenté leur pays dans de grandes compétitions internationales, parfois même gagné des médailles, mais parce qu’elle est femme, qu’il est noir, qu’elle est homosexuelle, albinos, trans ou en situation de handicap… ils sont ou ont été victimes d’insultes, de menaces, de crachats ou simplement de préjugés et de discrimination. La joueuse de rugby brésilienne Isadora Cerullo, le footballeur espagnol Jesús Tomillero, l’athlète française Nantenin Keita, la championne de canoë française Sandra Forgues, la boxeuse cubaine Namibia Flores Rodriguez, la joueuse de E-sport française Kayane, la nageuse singapourienne Yip Pin Xiu, le footballeur flamand Yves Kambwe, la sprinteuse wallonne Léa Bayekula et le grimpeur français Mickaël Mawen sont les héros de cette série hybride qui mélange interviews, images d’archives et images animées. Pas de sportifs luxembourgeois dans le lot. « On a cherché, mais on n’a trouvé un sportif ou une sportive du Luxembourg s’étant exprimé dans médias sur quelque forme de discrimination que ce soit » précise François Le Gall.

Pas de sportif luxembourgeois à l’écran, mais un Grand-Duché très présent au niveau artistique de la série : tous les épisodes à l’exception du pilote ont été étalonnés et montés au Luxembourg tandis que le Studio 352 a animé quatre épisodes et fait du renfort d’animation pour deux épisodes supplémentaires. Et surtout, quatre réalisatrices grand-ducales, un choix qui rappelle aussi la volonté d’a_BAHN de promouvoir le diversité dans le production audiovisuelle nationale, Julie Schroell, Rae Lyn Lee, Eileen Byrne et Lucia Valverde ont pris part au projet.

Cette dernière s’intéresse depuis longtemps aux discriminations. « Un sujet qui me touche beaucoup » précise la réalisatrice qui a trouvé en ce projet et son traitement du sujet à travers le sport un moyen « d’avoir accès à un public plus vaste ». Mais l’hispano-luxembourgeoise est aussi passionnée par la boxe et son aspect « très chorégraphique ». C’est donc tout naturellement qu’elle a proposé d’aller à la rencontre de la boxeuse cubaine Namibia Flores Rodriguez, championne au palmarès vierge puisque dans son pays, « les femmes n’ont normalement pas le droit de faire de la boxe en compétition ».

Chaque épisode d’Ex æquo ! raconte ainsi une histoire personnelle, mais l’ensemble de la série touche un sujet universel. Les différents épisodes suivent un cheminement similaire ; les images d’archives rappellent les exploits sportifs de ces champions, les interviews donnent de manière directe et sans filtre la parole à ces hommes et ses femmes tandis que les animations, permettent d’aller au-delà des mots plein de bienveillance des interviewés, de donner corps à leurs angoisses, d’imaginer le pire ou à l’inverse, à travers ces crayonnés délicats, de laisser respirer le spectateur, lui redonner espoir. Un cheminement qui donne autant la place à l’information qu’à l’émotion.

Cinq de ces épisodes sont disponibles sur les plates-formes digitales de France Télévision, la RTBF et RTL. L’ensemble des épisodes est également diffusé sur RTL pendant les JO au rythme d’un épisode par jour

Pablo Chimienti
© 2021 d’Lëtzebuerger Land