edito

L’imaginaire de la Mëttelklass

d'Lëtzebuerger Land vom 09.10.2020

C’était en février 2008, dans le cadre feutré de l’Institut grand-ducal. L’avocat d’affaires Alain Steichen dissertait sur les droits de succession, « le dernier sujet de politique fiscale opposant traditionnellement les partis de gauche et de droite ». Au cours de son exposé, le fiscaliste finit par buter sur la question démocratique : « La richesse allant souvent de pair avec le pouvoir politique, certains craignent qu’en l’absence d’impôts sur la succession, on risquerait la constitution d’une ploutocratie, c’est-à-dire d’un État gouverné par quelques familles particulièrement fortunées ». Or, Steichen retournait cet argument, s’improvisant apologète de la ploutocratie : Les ultra-riches constitueraient un « contrepoids » permettant de « contenir le pouvoir » du gouvernement : « On peut espérer que les partis politiques au pouvoir puissent moins bien s’isoler de l’influence d’un groupe restreint de personnes particulièrement fortunées ne devant pas leur succès au processus politique ». 

De tels propos brutaux restent généralement confinés à des espaces tamisés et semi-publics.
Ce mercredi, devant les micros de RTL-Radio, le président de la Chambre de commerce Luc Frieden (par ailleurs un ancien associé de Steichen du temps du cabinet Bonn & Schmitt) tenait un discours plus bienséant pour justifier son opposition à un impôt sur la fortune et sur la succession en ligne directe. Aux auditeurs, le Grand-Duc du patronat expliquait « pourquoi les Luxembourgeois sont devenus tellement plus aisés, peu importe l’environnement social dont ils étaient issus » : « Parce que chaque génération pouvait un peu bâtir sur ce que ses ancêtres lui avaient laissé ». (Une théorie qui présuppose que tous les résidents disposent d’un capital d’ancrage familial.) Frieden a maladroitement tenté de dissoudre les conflits sociaux dans une fantasmée « Mëttelklass » à laquelle il donne des contours tellement larges qu’elle finit par englober tout le monde : « C’est la raison pour laquelle notre pays va beaucoup mieux, et notamment sa classe moyenne, qui constitue 90 pour cent de la population ici au Luxembourg ». De par son degré de complexité, cet argumentaire rappelle les spectacles du Knax-Club auxquels furent exposés des générations d’écoliers. En vérité, l’amélioration de la condition ouvrière pendant les Trente glorieuses s’explique moins par l’épargne privée que par les avancées sociales ainsi que par la démocratisation de l’accès aux études. Des réalisations collectives auxquelles est venue s’ajouter, à partir des années 1980, un facteur plus inavouable : la redistribution de la rente offshore. 

Invité lundi à la Radio 100,7, Patrick Dury, ne voulait, lui non plus, revendiquer un impôt sur l’héritage ou la fortune. Tout cela serait « très compliqué », s’embrouillait le président du LCGB. De toute manière, les riches pourraient toujours « créer des structures, comme des fondations, pour passer à côté ». En attendant, il faudrait faire une « analyse où on regarderait tout cela dans le détail ». Le 7 décembre 1923, les revenus annuels des plus riches contribuables luxembourgeois étaient publiés au Mémorial. En analysant ce document, on mesure l’obscénité des inégalités sociales qui marquaient alors la société : Les capitalistes liés à l’industrie sidérurgique (Edmond Muller-Tesch, Norbert Le Gallais, Paul Wurth) touchaient jusqu’à mille fois le salaire moyen ouvrier. Un tel exercice en transparence paraît aujourd’hui inconcevable ; appliqué sous forme anonymisée à la bourgeoisie d’affaires et aux rentiers immobiliers du XXIe siècle, il serait pourtant instructif. 

Au Luxembourg, qui mène la course mondiale au moins-disant fiscal, les grands principes de « Steiergerechtegkeet » étaient considérés comme une entrave importune, un luxe que « eis Finanzplaz » ne pouvait permettre. La crise du logement a brisé ces tabous. C’est qu’elle atteint désormais des jeunes qui se perçoivent comme membres de la classe moyenne et qui, en tant que tels, réclament leur part du rêve luxembourgeois. Leur angoisse de se retrouver du mauvais côté du marché, relégués parmi les exclus de l’accès à la propriété, vient d’ouvrir un nouvel espace politique. Inconsciemment, Luc Frieden a donc mis le doigt sur la plaie.

Bernard Thomas
© 2020 d’Lëtzebuerger Land