Luxembourg 2007

En bus, en train et en péniche

d'Lëtzebuerger Land vom 29.04.2004

L'essentiel d'abord: le budget. Dans son épais dossier de candidature (93 pages!) déposé auprès du jury européen, l'asbl Luxembourg et grande région, capitale culturelle de l'Europe 2007 précise bien qu'il est encore trop tôt pour établir des budgets précis. Et veut rester aussi modeste que réaliste: le budget de Luxembourg 1995 s'étant situé aux alentours de 23 millions d'euros, les responsables luxembourgeois estiment qu'en tenant compte de l'inflation, un budget de 28 millions d'euros serait réaliste côté grand-ducal (Ville et État). Budget auquel s'ajouteraient encore 7,5 millions d'euros par région participante, soit en tout quelque 56 millions d'euros disponibles pour organiser l'événement dans la région. Les projets interrégionaux devraient pouvoir se financer avec le budget commun, pour les projets locaux, il reviendrait à chaque communauté territoriale d'en assurer le financement. Optimiste, l'asbl prévoit une participation de sponsoring à hauteur de vingt pour cent du budget total. «Voilà pour les estimations, expliquait, lors d'une conférence de presse de présentation mardi, le coordinateur général Robert Garcia. Après les élections de juin, ce sera aux nouveaux décideurs de dire s'ils veulent une version light ou une vraie année culturelle.» 

Après le carton jaune bruxellois de l'été dernier, les organisateurs luxembourgeois relèvent la tête et se montrent conquérants: le gros dossier de candidature présentant surtout les atouts culturels de la région, faisant le point sur les acquis et s'engageant pour une sorte de «développement durable culturel» au lieu du seul événementiel, pour la qualité et l'innovation des projets a enthousiasmé le jury. Dans son rapport de la réunion de présentation du 5 avril dernier, le jury écrit: «It was generally considered that Luxembourg had greatly improved the proposal since the last meeting and it was very much appreciated that all the recommendations from the previous meeting had been taken seriously and implemented. The organisers are good and the proposal is well thought out and the panel was confident that the contact with the regions is good.» Leur recommandation sera donc positive, au conseil des ministres de la Culture, fin mai, de décider de l'adoption finale de la candidature. Pour la première fois, une capitale culturelle s'engage dans un partenariat durant toute une année - la co-candidature en Sibiu en Roumanie est donc analysée parallèlement. Dans ce dossier-là, certains points seraient encore à clarifier, juge le jury.

Durant ce temps-là, au Luxembourg, les préparatifs continuent. La première assistante de Robert Garcia, ayant démissionné après quelques mois, fut remplacée par une nouvelle, Frédérique Buck, d'autres embauches sont en train de se faire, notamment une responsable financière. Les bureaux sont installés boulevard Roosevelt, sur le site Internet à accès professionnel, une soixantaine de projets ont déjà été inscrits par des institutions de la grande région. Jusqu'au 1er novembre, Robert Garcia veut les analyser, les affiner et les regrouper thématiquement en clusters. Alors que l'année 1995 était par la force des choses marquée par les imports culturels clés en main, Luxembourg 2007 sera fondamentalement différent car les acteurs, institutions, associations et autres structures culturelles se sont multipliés et diversifiés. Si Robert Garcia et son équipe réussissaient à motiver ces énergies, à faire naître une sorte d'émulation entre eux aussi, ce serait déjà un énorme pas en avant dans une scène culturelle qui se cherche encore, qui tâte toujours son terrain. Il est vrai que de premiers contacts furent pris, que les premières rencontres eurent lieu. La volonté affichée est d'encourager la créativité dans la grande région et le travail transdisciplinaire et transfrontalier. La mobilité jouera un grand rôle, de nombreux projets de bus, trains et péniches culturels furent déjà déposés. Après le «développement durable», bientôt le «model/split» culturel? 

 

 

 

 

josée hansen
© 2020 d’Lëtzebuerger Land