So romantic…o !

d'Lëtzebuerger Land du 24.09.2021

Début novembre, Fanny Bervard s’envolera pour Dubaï. Elle fait partie des heureuses élues invitées par la Chambre du commerce au sein du pavillon luxembourgeois dans le cadre de la Semaine du Made in Luxembourg. Dans ses valises, son nouveau-né, Antoine, qu’elle couve amoureusement contre sa poitrine durant l’interview, mais aussi ses autres bébés : les bijoux estampillés Romantico Romantico que la jeune femme créé depuis 2019. « C’est cette année-là que j’ai lancé ma marque, mais j’ai commencé à les confectionner bien avant, alors que je travaillais dans un magasin de la capitale. Quand j’étais en boutique, les clients me demandaient l’origine des boucles d’oreilles que je portais qu’en fait je faisais moi-même ».

L’histoire démarre juste après le décès de sa grand-mère, alors que Fanny et sa sœur viennent de récupérer quelques-uns des bijoux de leur aïeule. Beaucoup sont en perles naturelles et inspirent la créatrice en devenir. « J’ai simplement réenfilé les perles sur un collier ras du cou pour un effet plus trendy. Puis j’en ai percé d’autres, histoire de pouvoir les enfiler sur mes créoles. C’est comme ça que mes premiers bijoux sont nés », se souvient cette mordue de mode. Née au Luxembourg, Fanny entreprend des études de marketing et de mode à Barcelone puis à Milan. Son sens aigu du style et ses compétences linguistiques l’emmènent à la fashion week de Paris, puis aux États-Unis, dans le cadre d’un stage chez The Row, à New-York – la marque des sœurs Olsen. Suivent des jobs chez Luxottica ou encore chez William Fan à Berlin. Autant d’expériences dans le product development ou les relations presse sur lesquelles Fanny revient tout sourire, les yeux encore pétillants de tous ces bons souvenirs. « Ces expériences ont forgé mon expertise et alimenté mon carnet d’adresse. Tout ce que j’ai fait pendant ce parcours me sert aujourd’hui », constate-t-elle a posteriori.

De retour au Luxembourg, Fanny devient acheteuse pour une boutique locale, sans pour autant vraiment s’y épanouir. « À côté de mon job, je m’adonnais à mes créations. J’allais chiner des perles vintage pour répondre aux commandes de mes amies qui faisaient circuler mon nom et doucement, grâce au bouche à oreille, les demandes ont augmenté. Je me suis fait un compte Instagram, puis un site internet que j’ai bricolé moi-même. Mes pièces portent le nom de personnes qui me sont chères et qui ont toujours été des soutiens. C’est comme ça qu’en avril 2019, la marque voyait le jour ». Une marque fun, cool, légère, teintée d’humour, positive et romantique à la fois, comme l’aime à décrire Fanny. « Romantico », le mot est trouvé sur un coup de tête, et doublé pour lui apporter un côté playful. « Bien sûr, la création de bijoux c’est du sérieux. Mais je ne veux jamais oublier que j’ai lancé cette marque pour me libérer de quelque chose que je n’aimais plus », souligne la créatrice dont le premier pop-up organisé à Noël 2019 connaît un beau succès. « Ma sœur m’a toujours soutenue et encouragée, elle n’arrêtait pas de me dire de monter mon entreprise. Moi j’avais envie de changement, mais j’attendais que quelque chose se passe ».

En 2020, les choses prennent soudain un autre tournant, comme pour tout le monde cette année-là. Quand le confinement est annoncé, RTL diffuse un reportage qui lui est consacré, juste avant une intervention du premier ministre Xavier Bettel. Une aubaine : les spectateurs sont au rendez-vous, les ventes explosent. « J’ai eu plein de commandes et je me suis dit qu’il fallait profiter de cet intérêt pour les créateurs et producteurs locaux qui a émergé avec cette pandémie. ». Fanny quitte alors son job et s’adonne pleinement à ses bijoux. Elle lance une nouvelle collection teintée d’une – joyeuse – nostalgie ressentie pendant le confinement et directement inspirée des colliers en perle que sa sœur faisait durant leur enfance. « Toutes mes pièces sont montées dans mon atelier, installé depuis novembre dernier rue de l’Eau, en plein centre-ville. En Thaïlande, j’ai déniché mon fournisseur de perles d’eau douce : une ferme familiale qui en est à sa cinquième génération. Je travaille aussi avec une entreprise italienne familiale spécialisée depuis longtemps dans l’orfèvrerie traditionnelle, qui me fournit chaînes et fermoirs sur base de mes dessins ». Rapidement, la créatrice se voit dans l’obligation d’embaucher : Yasmine et Lee lui prêtent depuis main forte pour la fabrication et le développement de la marque.

Créoles dorées, bracelets-chaînes clinquants, colliers ras du cou coloré, boucles d’oreilles asymétriques… Mélanges d’influences et de diverses inspirations – notamment des femmes de sa famille, les bijoux estampillés Romantico Romantico apparaissent de plus en plus au sein des pages de prestigieux magazines comme ELLE, Grazia ou encore Vogue. D’ores et déjà connus en Suisse, en Allemagne, mais également en Scandinavie, c’est vers Dubaï que ces derniers s’envoleront prochainement : « C’est un honneur d’avoir été labellisée Made in Luxembourg et d’être invitée au sein du pavillon Luxembourg. D’autant que j’ai pour objectif de faire connaître ma marque davantage au niveau international », indique Fanny Bervard qui a imaginé une nouvelle collection pour l’occasion. « Ce sera un peu plus pompeux, avec des strass, du vert… Autant de pièces qu’on pourra retrouver ensuite au sein de la collection de Noël ». En attendant, la jeune femme planche toujours sur une idée qui lui tient à cœur depuis longtemps : le lancement d’une gamme de pyjamas de jour en soie, illustré d’imprimés dessinés à la main. Un projet sur lequel elle travaille depuis quelques mois déjà et qui devrait bientôt voir le jour.

Salomé Jeko
© 2021 d’Lëtzebuerger Land