La diversité à travers la cuisine

d'Lëtzebuerger Land vom 19.11.2021

« Ma mère est Camerounaise, mon père est Allemand. Durant toute mon enfance, mes parents ont fait en sorte qu’aucune culture ne soit perdue. Ils ont toujours utiliser l’art pour nous unir : mon père nous faisait voyager en musique, ma mère en cuisine. Ce métissage, je ne l’ai jamais vraiment retrouvé ailleurs », explique d’emblée Sandrine Lingom. Après avoir grandi à Munich et suivi des études en droit des affaires, la jeune femme débarque au Luxembourg il y a six ans et commence à travailler pour différents cabinets d’audit et de conseil. « L’aspect multiculturel du pays m’a attiré. Et pourtant, j’ai constaté que les communautés ne se mélangeaient pas vraiment entre elles. Qu’il y avait même parfois une guerre des cultures. Puis à mon travail, les Allemands restaient avec les Allemands, les Français avec les Français, les Italiens avec les Italiens… Quel dommage ! Ça m’a vraiment attristée », regrette-t-elle.

Ce constat en tête et ce sentiment de ne pas vraiment être à sa place dans ces grands groupes d’audit conduisent la métisse à réfléchir à une reconversion. « J’avais envie de partager cette idée de métissage culturel, de reproduire ce que j’avais connu petite, à la maison. Mon cœur vibrait pour l’art culinaire, sûrement grâce à ma mère. Et quel meilleur moyen que la cuisine pour faire se rencontrer les gens ? C’est comme ça que j’ai lancé Ô2 Continents », résume-t-elle. Sandrine monte alors une petite agence évènementielle destinée à mettre en relation des chefs africains de diverses origines avec le Luxembourg. « L’idée c’est de promouvoir la diversité et le brassage culturel à travers l’art culinaire, en faisant venir des chefs internationaux issus des cultures africaine dans le cadre d’événements, de cours de cuisine, de réceptions privées ou publiques, afin de les mettre en valeur et de faire connaitre leur talent ».

Une floppée de chefs de renom ont répondu à l’appel. Jean-Marie Bucumi, chef étoilé originaire du Burundi, Victoire Gouloubi, italo-congolaise, lauréate de nombreuses récompenses et finaliste de Top Chef Italie, Jean-Rony Leriche, jeune talent Gault&Millau tout droit venu de Guadeloupe, Ahamada Binali, ambassadeur Comores auprès de l’Organisation Mondiale de la Gastronomie, Nathalie Brigaud Ngoum, autrice et cheffe venue du Cameroun, Fatoumata Miete, pâtissière née en Côte d’Ivoire, Bator Dieng, cuisinière et pâtissière sénégalaise… « Tous vivent à Paris, Bruxelles, Berlin ou Milan et ont été séduits par la démarche et la vision de Ô2 Continents. Ils ont leurs propres établissements et leurs carrières respectives dans d’autres pays, mais ont souhaité faire partie de l’aventure. Ils veulent voir le monde profiter de la diversité qu’il offre, faire connaître les cultures africaines et surtout sa gastronomie. Celle que moi aussi, avec ce projet, j’avais envie de mettre en lumière », affirme Sandrine Lingom.

La cuisine proposée par Ô2 Continents est donc gastronomique et mêle toujours subtilement mets traditionnels, arpèges d’épices et condiments africains avec la cuisine européenne, américaine ou asiatique. « Les chefs créent des menus dans lesquels on va retrouver de l’agneau qui sera par exemple préparé avec des ingrédients issus du monde occidental, mais accompagné de bananes plantain, ingrédient phare en Afrique », décrit la fondatrice. Du métissage jusque dans les recettes, encore et toujours donc, « car on va plus vite ensemble que tout seul. Je ne pense pas qu’on puisse unir les cultures en imposant sa culture à soi. Pour aborder l’autre, il faut montrer qu’on le voit, qu’on le comprend », souligne celle qui joue désormais les intermédiaires entre les grands chefs qu’elle a démarché et le Luxembourg. « J’ai des demandes pour des mariages, des prestations à domicile, mais aussi un chef étoilé local qui a demandé un atelier autour de notre cuisine pour ses clients. Nous avons aussi organisé une soirée afro-italienne au Come à la maison et un dîner franco-africain au House17 ». Prochain projet pour cette jeune entreprise dont les ambitions ont été un peu freinées par la pandémie ? Lancer une gamme de plats « métisses » à commander via la boutique traiteur en ligne easycooking.lu by Paul Eischen. Une idée bien pensée pour faire pénétrer la gastronomie africaine dans les cuisines et assiettes du Luxembourg – qui ravira à coup sûr tous les gourmets un peu curieux et probablement lassés d’encore et toujours se demander « italien, japonais ou indien pour le dîner ce soir ? ».

Salomé Jeko
© 2021 d’Lëtzebuerger Land