Luxembourg 2007

« »

d'Lëtzebuerger Land vom 10.06.2004

À ce rythme-là, ils ne tiendront jamais jusqu'en 2007! L'équipe de Luxembourg et Grande Région, capitale culturelle de l'Europe 2007 autour de Robert Garcia - et leurs responsables politiques surtout - en sont, trente mois avant le grand événement, déjà arrivés à une fréquence d'une à deux conférences de presse par mois. Après que la ministre de la Culture, Erna Hennicot-Schoepges (CSV), put annoncer le 27 mai dernier que la candidature du Luxembourg a été définitivement adoptée au Conseil des ministres européens de la Culture le même jour, l'association sans but lucratif lança, mardi, un grand concours de slogans publicitaires pour cet événement. À défaut d'appel à projets (comme pour 1995), un appel à slogans pour impliquer le public, ça ne mange pas de pain.

Lancé le 8 juin donc, le concours dure jusqu'au 31 juillet, une minute avant minuit. Un jury composé e.a. de professionnels de la communication décidera le 15 septembre des cinq slogans retenus. Outre l'estime de tout le monde, les gagnants ne recevront pas d'argent en liquide, mais une carte d'accès spéciale leur ouvrant gratuitement toutes les portes de 2007. Les propositions de slogans se feront uniquement en ligne, sur le site www.luxembourg2007.org, ils ne devront pas dépasser huit mots, en français ou en allemand, sont censés être «percutants» et surtout avoir un rapport avec les grands thèmes de l'année culturelle 2007, migrations, patrimoine industriel, culture de la mémoire, grandes personnalités, grande région, tout ça.

Au lendemain du lancement officiel, il y avait déjà une trentaine de propositions sur le site, dont les préférées de la rédaction culturelle du Land sont sans aucun doute les plus subversives, qui ne prennent pas ce coup publicitaire trop au sérieux: «Ceci n'est pas une Sicav» (Morgan Meyer), «Lëtzebuerg a Kultur! De Ver-stand verluer?» (Richard Conrardy), «2007: Wellness für dein Hirn, halte dich bereit!» (Alain Kayser). 

Mais la vraie bonne nouvelle est que Robert Garcia a su bien s'entourer et que les premières véritables campagnes de communication, l'image que Luxembourg 2007 donne de soi, sont originaux et rigolos. Comme ces magnets imaginés par Olivier Lamy, distribués en petits sachets pour promouvoir le concours : des mots parfois futiles, parfois presque pathétiques, certains pour rire et d'autres pour faire réfléchir, sur fond noir pour les termes allemands, sur fond blanc pour le français, peuvent s'accrocher comme ces aimants décoratifs sur un frigo ou une étagère métallique et déchaîner l'imagination, la création verbale des participants. Notre mot préféré étant, là encore, un non-mot, un vide, un peu d'espace et de calme dans un environnement beaucoup trop loquace déjà : « » / „    ". 

En plus vient d'être publié un premier petit dépliant promotionnel, annonçant l'existence de l'asbl, les contacts, sa vocation. Bien fait, modeste et sobre, il fait la part belle aux images de créations originales de qualité dans tous les domaines culturels. qui se sont vues ces dernières années au Luxembourg au lieu  des éternelles images d'Épinal du Bock et de la Gëlle Fra. On respire...

 

 

 

josée hansen
© 2020 d’Lëtzebuerger Land